Blog

AVIS DES LECTEURS

Rédemption à Bordeaux

J'ai eu la chance de le lire, Christian Cétois est capable de jouer avec les registres du langage, du plus populaire au plus bourgeois, avec une dextérité étonnante, tout en véhiculant des informations réelles et surprenantes sur le monde d'aujourd'hui et des idées de tolérance. Un livre que j'ai tellement aimé que j'ai décidé de l'offrir pour un anniversaire.
Sandrine 02/12/2016

Double peine.

Merci pour ce nouveau livre, qui m'a fait passé un super dimanche. Je ne l'ai pas lâché jusqu'à la fin, c'était comme une fringale. Il est plein de rebondissements, inattendus, comme toujours, une écriture si fluide qui nous emporte dans une histoire tellement prenante et surprenante. Excellent thriller.

Un grand merci à l'écrivain Carmen (Norroy-le-Veneur 57140 - 13/04/2014)

Voir | Modifier

Sale temps sur l'Aquitaine

Il n'est pas interdit de réfléchir quand on lit du Christian Cétois! j'ai adoré ce roman! plus qu'un polar! un humour du début à la fin, on se croirait revenus au temps des tontons flingueurs, même les méchants sont drôles, Et Marceau! on l'aime ce Marceau! il est pas si vulgaire qu'il essaye de le faire croire! des scènes chaudes chaudes! aïe aïe aïe! enfin, qu'est-ce que attendez pour le lire? et moi j'attends une dédicace, dès qu'on se voit! Bravo! et belle couv !

Simone Gélin

*   *   *

Bordeaux blues

Bonjour, Homme de la Terre,

Pendant que Rose et toi dormiez dans le train, j'ai dévoré ton bouquin. Je comprends mieux pourquoi tu t'es retrouvé en finale (vraiment très bon) et pourquoi tu n'as pas décroché la timbale (trop brut de décoffrage pour convaincre certains membres du jury.) Impressions toutes chaudes, alors, comme tu me l'as demandé, j'y vais de ma petite bafouille. Zou ! c'est parti :

- Ton livre se lit d'une traite, on ne lâche plus jusqu'à la fin. Très bon rythme mené tambour battant, que ce soit la langue qui swingue ou le découpage en chapitres courts qui relancent toujours l'action. Bref, tu sais ferrer ton lecteur.

-   La langue est excellente (je t'en avais déjà touché un mot.) C'est vif, c'est fluide, c'est "juste" comme la vie.

-   Mention spéciale pour les dialogues: là où tant d'auteurs se cassent la binette et font dans le poussif, tu réussis haut la main, avec un vrai sens de la répartie: on rit, on se délecte, on savoure (par exemple, le morceau de bravoure sur les poussières, page 189.)
Petit bémol : "toi, t'es trop con" (ou même style) revient 4 ou 5 fois ; à mon humble avis, il y a 3 ou 4 de trop (la première fois, l'expression fait mouche ; les fois suivantes, elle a un air de déjà vu.)- Je ne suis pas d'accord avec le critique littéraire au sujet du dur cassé par la vie qu'on aurait déjà trouvé dans tout un tas d'autres livres. Le tien (de héros), est un homme qui doute, qui se pose des questions, qui essaie de rire quand la vie se montre chienne, qui nous touche ; bref, il a une humanité, une vérité, une épaisseur qui font qu'on y croit. Du coup, quand la philosophie ou la religion débarquent, ça ne donne pas l'impression d'un cours ou d'un truc plaqué : ce sont les questions que Fred se pose à ce moment, et pas à un autre. En un mot, je vois mal où est le stéréotype, mais je ne suis pas critique littéraire.

- Tout ce qui tourne autour du sexe est très réussi (dialogues + scènes), peut-être parce que tu ne tournes justement pas autour du pot, tu y vas franco, et grâce à ta plume et à l'humour, tu évites les deux pièges du genre (gnangnan et pornographie.)

- Ma seule critique négative concerne l'utilisation des adjectifs : parfois, il y en a trop, ou plutôt des pas nécessaires, ou encore des qu'on a déjà vus accolés au même mot ( exemple: triste constat, question cruciale, dilemme insoluble), ou des "à manier avec des pincettes" (en fait, un seul : dramatique, qui revient au moins deux ou trois fois sous ta plume. Celui-là,je le sens comme ça, il faut s'en montrer très économe : à l'auteur de faire sentir combien c'est dramatique sans lâcher le mot.)

Il y a vraiment juste cette histoire d'adjectifs (et encore, sur quelques rares passages), sinon, Bordeaux Blues est un vrai régal; c'est nerveux, ça fouette, c'est sonore et ça t'accroche jusqu'à la fin. Belle "patte" et de la belle ouvrage, Christian !  

Voilà, j'ai fini mon laïus. Je ne sais pas si tu apprécieras, en tout cas, j'ai essayé de me montrer honnête, sinon, c'est comme pisser dans une guitare, comme disait ma grand-mère. Et si un jour, tu lis le Chien, j'attends tes critiques, bonnes ou mauvaises.

Merci d'embrasser Rose pour moi (et on croise les doigts pour son genou, mais elle est de taille à affronter les montagnes les plus rudes, si je puis me permettre). Vous avez été mes rayons de soleil à Lens.

Bises,
Fabienne de Toulouse (comme moi finaliste du concours du premier roman policier de Lens 2006) 

 

*   *   *

Sale temps sur l'Aquitaine.

Salut Kiki,

Je pourrais te souhaiter de joyeuses Pâques mais avec beaucoup de retard, ne soyons pas conventionnel, je te souhaite une bonne année 2013 pour toi , Rose et ceux qui te sont chers.

Surtout une longue vie au romancier que tu es devenu et que tu puisses continuer à nous détendre au travers de tes écrits et de tes personnages.

Félicitations pour ta reconversion. 

Pourquoi j'ai tardé -  Aline m'a fait la surprise à Noël de m'offrir "Sale temps sur l'Aquitaine " dédicacé de ta main. Aussi, avant de t'écrire j'ai voulu lire ton dernier "Opus" pour te livrer mes impressions. 

J'avais beaucoup aimé " Bx blues", ainsi que  ton livre de nouvelles ( la petite thaïlandaise, ou le toubid "cocu" qui voulait rajeunir mais qui avait oublié qu'il était un simple mortel). 

La chute de Bx Blues laissait deviner une suite ( lettre de Claire à Fred) et j'ai eu plaisir à retrouver Fred et Marceau , queutard inculte fidèle en amitié. Je comprends, que Fred puisse dire "Je l'aime mon Marceau". C'est le personnage le plus attachant. Stef en baba cool bricoleur est pas mal non plus.

J'ai découvert Claire en intello libérée, quant à Fred  sous ta plume, je retrouve le libertin que tu es qui nous donnais une vision philosophique et objective sur notre société actuelle. De très bons souvenirs. 

Sur le fond: Le départ m'a rappelé la tuerie de Belhade ( 40), village où mes parents ont une petite maison et où j'allais chercher les cèpes et courir les bois. C'était un petit relais de chasse connu pour le libertinage de ses locataires.

L'intrigue et les actions peuvent paraître invraisemblables mais elles sont couronnées par Steph et Marceau qui avec un mélange de mission impossible et de Mac Guyver, nous entraînent dans le tourbillon de vouloir connaitre la suite.

La chute amusante, peut nous laisser espérer une suite d'aventures ( avec + ou - de sexe) dans les pays du Magreb.

Suspense! le lecteur se pose la question sur le choix de Fred ; La brune ou la blonde? La fin nous donne la réponse. 

Sur la forme: Si je peux me permettre , j'avais trouvé tes précédents mieux écrits. Moi qui suis fâché avec la ponctuation, j'ai trouvé quelques fautes de syntaxe qui oblige le lecteur à lire et relire 2 à 3 fois le même paragraphe pour saisir le sens de l'action. C'est dommage. Rassures toi il y a des auteurs qui  ont "pignon sur rue" et qui sont illisibles. Dans celui que j'ai terminé avant de prendre le tien, il y avait une à deux phrases par page - dur dur!!!. 

En conclusion, même si j'avais préféré Bx Blues par son intrigue qui paraissait plus réelle, j'ai beaucoup apprécié ce moment de détente et j'espère en avoir d'autres. 

En te souhaitant une bonne et longue continuation. 

A bientôt peut être, 

Sincères amitiés,

Jean-Louis (Bordeaux le 25/03/13)

 *   *   *


Bordel à Bordeaux.
 
Bonjour Christian,

Je vous ait rencontré le vendredi 3 Avril à Cultura, La Teste de Buch. Après un petit dialogue et une recherche j'ai acheté votre livre "Bordel à Bordeaux" que vous m'avez dédicacé .
Je suis Fabienne , peut-être vous souvenez vous un peu de moi .
J'ai dévoré votre livre, j'ai adoré la manière dont vous menez les intrigues et vous parlez de la vie Bordelaise des" sages" .
Votre bouquin est passionnant, j'ai beaucoup appris, vos métaphores sont excellentes, le langage parfois bien cru, c'est le langage vivant d'ici ...
Par-contre j'ai été quelque peu déçue de votre fin, mais il faut bien qu'il y ait une chute dans un bouquin, et celle-ci est pour le moins surprenante .
Je me demandais si ce livre avait une suite, si cette histoire ou vous m'avez emmenée est vrai ( je sens qu'il y a du vrai là-dedans).
Je sentais bien que je devais lire ce livre. Cela m'a étonnamment replongée sur les lieux ou j'ai travaillé.
Je cherchais un book qui m'oriente sur ce qu'il se passe dans le monde actuellement, et me donne une idée de ma mission terrestre, car je suis partie là-dedans aussi .Le second livre que j'ai lu c'est celui de Frédéric Lenoir "L'Ame du monde". Un magnifique livre beaucoup plus spirituel, qui parle d'élévation de l'âme . Aussi étrange que cela puisse paraître, vos écrits sont pour moi très complémentaires. Vous écrivez la vie d'une superbe manière, avec de beaux témoignages, de belles recherches, et une actualité interessante. Je suis vraiment très heureuse de vous avoir rencontré.
Vous avez reboosté ma vie avec ce livre trépidant. Bien entendu, je ne suis pas bouddha, et même si élever mon esprit fait partie de mes objectifs, j'ai absolument besoin de vivre ma vie quelle qu'elle soit ...
J'ai vu que vous revenez au Cultura de LaTeste le 8 Avril, je ferai tout pour venir vous voir et parler un peu avec vous si cela est possible...
Ma question serait :" Avez vous réellement vécu tout ça ou est ce pure imagination ?"
Même s'il y a beaucoup de sexe dans ce livre, il s'en dégage énormément d'Amour.
C'est magnifique.
Votre écriture me plait, j'aimerai avoir votre talent.

Fabienne La Teste de Buch. (3/04/2015).

Lire la suite